PESTICIDES ET NEOCORTINOIDES

IMPACT SUR LA SANTE ET LA

BIODIVERSITE

Les BIOCIDES (étymologiquement :bio-cide « qui détruit la vie »)

désignent une large famille de substances chimiques qui regroupent les pesticides ( ou produits phytosanitaires ), les antimicrobiens à usage médical, vétérinaire, les désinfectants de l’air , des eaux , du sol….

 

Parmi les pesticides, le plus utilisé comme herbicide est le glyphosate

que l’on trouve dans le Roundup de Monsanto . Ce produit est utilisé en agriculture, en sylviculture, dans les parcs et espaces publics, sur les voies ferrées et dans les jardins, les vignobles, les vergers.

1) Qu’est que le glyphosate ?

 

Le glyphosate est un herbicide systémique à large spectre qui bloque un enzyme dont la plante a besoin pour fabriquer des acides aminés et des protéines.

Ce produit est toxique pour toute plante qui n’a pas été modifiée génétiquement pour le tolérer.

Les herbicides à base de glyphosate ont été brevetés en 1970 par Monsanto qui vend la moitié des herbicides à base de glyphosate commercialisés dans le monde. Des firmes comme Bayer, Syngenta, BASF et Dow vendent aussi leurs produits à base de glyphosate.

Le glyphosate est très utilisé par les agriculteurs, pour les cultures de céréales, de colza, de mais et de tournesol .

 

En France, le glyphosate est la substance phytosanitaire la plus vendue… En 2011, ce sont 650000 tonnes qui ont été utilisées au niveau mondial, les volumes augmentent chaque année .

 

Les cultures OGM augmenteraient encore son utilisation.

Inquiétude pour la santé :

Les résultats des expérimentations animales laissent à penser que lorsque l’on consomme du glyphosate , le corps en absorbe 20 à 30% . On en retrouve dans le sang et les tissus, il peut traverser le placenta durant la grossesse.

Le glyphosate peut perturber le système endocrinien, toute exposition est une menace sérieuse pour la santé.

Les risques cancérigènes sont démontrés par de récentes études, les agriculteurs sont les premières victimes.

Inquiétude pour l’environnement :

Conçu pour tuer les plantes , le glyphosate a des conséquences néfastes sur la vie sauvage, il peut réduire la biodiversité des terres agricoles et détruire les réserves de nourriture pour les oiseaux et les insectes. De récentes études en menées en Angleterre ont démontré l’impact néfaste du produit sur les oiseaux des champs.

Comme il est lessivé du sol vers les ruisseaux , les rivières et les eaux souterraines, le glyphosate et les autres produits phytosanitaires sont toxiques pour les amphibiens ( grenouille, crapaud et certains poissons).

 

Le glyphosate modifie la chimie des sols, il perturbe la capacité des plantes à fixer l’azote ce qui oblige à augmenter les taux d’engrais à base de nitrates. De plus, le glyphosate ressuscite le DDT encore présent dans l’environnement.

La France est première en Europe pour la quantité de pesticides achetés par hectare cultivé.

Les pommes, les fraises, les poireaux, les carottes  et  le vigne sont parmi les productions les plus traités . 

 

Que dit la loi :

A l’issue du grenelle de l’environnement, la France a lancé le plan ecophyto pour diviser en deux l’usage des pesticides en 2018.

L’assemblée nationale a adopté la loi de transition énergétique qui prévoit de ne plus utiliser de pesticides dans l’ensemble des espaces publics a partir du 1°Janvier 2017 (Etat, collectivités locales, espaces verts, forets et voiries).

 

Quelles sont les alternatives :

Les coccinelles pour les pucerons, le bruleur à gaz, le desherbeur à eau chaude, le réciprocateur, les produits naturels sans oublier l’arrachage à la main et la binette…Il faut aussi changer de regard sur les herbes appelées à tort mauvaise herbes !

 

 

La commercialisation et la détention de produits phytosanitaires seront interdites

A partir du 1° Janvier 2019 (usage non professionnel, jardiniers amateurs).

 

Pour l’agriculture intensive, hélas, l’objectif de moins 50% de pesticides est repoussé à 2025 !

Cette agriculture qui consomme 90% des 62000 tonnes de pesticides pulvérisés chaque année dans les champs en France va continuer à fournir des céréales, des fruits et légumes non bio présentant un risque .

 

L’agriculture biologique constitue l’alternative de santé la plus pertinente .

2) Qu'est ce que sont les néocortinoïdes

Les néocortinoides  sont une classe de produits toxiques employée comme insectisides agissant sur le système nerveux central des insectes.

Le premier néocortinoide (imadaclopride) aété découvert par Shinzo Kagabu et mis sur le marché en 1991 (Bayer Crop Science Japon).

 

Ces neuro toxiques sont généralement des dérivés chlorés, il existe actuellement une dizaine de molécules.

Leur faible biodégradabilité , leur effet toxique et leur diffusion dans la nature commencent à poser des problèmes graves à des espèces qui n’étaient pas ciblées :insectes( papillons, abeilles, bourdons…) mais aussi prédateurs d’insectes (oiseaux, souris, mulot, taupes , chauves souris ) et les vers de terre .

 

Les néocortinoides  sont une classe de produits toxiques employée comme insectisides agissant sur le système nerveux central des insectes.

Le premier néocortinoide (imadaclopride) aété découvert par Shinzo Kagabu et mis sur le marché en 1991 (Bayer Crop Science Japon).

 

Ces neuro toxiques sont généralement des dérivés chlorés, il existe actuellement une dizaine de molécules.

Leur faible biodégradabilité , leur effet toxique et leur diffusion dans la nature commencent à poser des problèmes graves à des espèces qui n’étaient pas ciblées :insectes( papillons, abeilles, bourdons…) mais aussi prédateurs d’insectes (oiseaux, souris, mulot, taupes , chauves souris ) et les vers de terre .

 

Les apiculteurs mettent en cause ces molécules qui expliquent le syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles.

Les néocortinoides sont utilisés de façon classique par épandage sur le sol, par pulvérisation sur la végétation, par injection dans les plants, ainsi que par l’enrobage des semences.

 

Principales substances utilisées :

 - l’acétamipride (autorisé en France)

 - la clothianidine (autorisé en France)

 - le dinotéfurane

 - l’imadaclopride (le Gaucho de Bayer) usage retiré en France

 - lnitenpyrame

 - le thiaclopride (Proteus de Bayer)

 - le thaméthoxame (Cruiser de Syngenta) autorisé sur la vigne en France.

L’autorité européenne de sécurité des aliments ( EFSA) a démontré les risques pour les abeilles et les bourdons dans l’utilisation des néocortinoides Les abeilles subissent également des pertes dues au varroa et à la présence du frelon asiatique).

 

L’utilisation de néocortinoides sera interdite en France à partir de Septembre 2018,un an après la date prévue initialement (suite à des débats parlementaires houleux). Chaque année 30% des colonies d’abeilles périssent obligeant les apiculteurs à renouveler leurs ruches décimées et la production de miel s’en ressent.

 

 Références( bibliographiques, revues et site internet) :

 

 - Revue la Recherche de Mars 2016

 - Pesticides effets sur la santé Expertise de l’INSERM 2013

 - Livre Cerveaux en danger, protégeons nos enfants de Philippe Grandjean aux éditions Buchet Chastel (2016).

 - Méta analyse de Jean Marc Bonmatin (CNRS) dans un numéro spécial de Environnement Science and Pollution Research.

 - Site internet de France Nature Environnement

 

« La  nature, c’est ce qui reste lorsque l’on a tout aménagé »

Jean Claude Génot

© 2020 - Maison des loisirs de Hérisson